Temps de lecture: 7 minutes

Tu auras réussi quand c’est toi qui commanderas.

Quand tu auras réussi à avoir un travail qui te permet de t’acheter une maison, on en reparlera.

J’ai entendu ces remarques de mes grands-parents puis de mes parents lorsque j’étais enfant. Deux générations, deux perceptions différentes de la réussite professionnelle. Pour mon grand-père, la réussite professionnelle était associée au pouvoir. Pour mon père, réussir sa vie professionnelle, c’est gagner suffisamment d’argent pour se procurer des biens.

Et pour moi ? Pour toi ? Ça veut dire quoi réussir sa vie professionnelle ?

La réussite professionnelle est un concept

C’est un concept monté de toutes pièces et imposé par la société pour maintenir un ordre social et une harmonie. Chaque jour, que ce soit à la télévision, en marchant dans la rue, en écoutant la radio, en feuilletant un magazine dans la salle d’attende du dentiste, les médias nous bombardent de publicités qui plébiscitent un seul et unique modèle de réussite professionnelle.

En une phrase = la réussite professionnelle se mesure à notre statut social et au nombre de zéro qu’il y a sur notre fiche de paie pour avoir la capacité suffisante pour consommer et posséder des biens matériels et immatériels.

Autre paramètre pour évaluer notre réussite professionnelle, le regard des autres. Plus les gens nous regardent avec admiration et envie, plus nous considérons que nous avons réussi notre carrière.

Pas convaincue ?

Regarde de plus près le dernier magazine que tu as à ta portée. Publicité pour une montre de luxe ? Une page dédiée à la notoriété du fondateur d’une start-up qui crée des vêtements féminins 100% made in France ? Portrait de la jeune étudiante en école de commerce qui est devenue le bras droit du CEO d’un groupe international à seulement 26 ans ?

Ce constat est encore bien réel.

 

Mais bonne nouvelle, les mentalités sont en train d’évoluer !

Le troc revient à la mode, la consommation raisonnable se développe. Nous vivons à une époque où l’on peut se permettre de se questionner et de remettre en cause le concept idéal et général de réussite professionnelle. Notre génération n’a pas connu la guerre et ses conséquences (pénurie alimentaire).

Nous sommes une génération qui est entièrement libre de s’exprimer. Aussi, l’ouverture au monde extérieur n’a jamais été aussi facile. Nous nous confrontons à d’autres manières de penser, de vivre. Le changement va vite, très vite avec l’ère de la digitalisation, de l’innovation et de la robotique. Tout ceci bouscule notre perception de la réussite professionnelle.

A lire aussi : le freelancing va-t-l remplacer le salariat ?

En effet, la réussite professionnelle n’est plus seulement perçue d’un point de vue extérieur en fonction de sa richesse matérielle/immatérielle, du statut social ou du regard des autres. La réussite professionnelle est désormais évaluée d’un point de vue interne. C’est là que les notions de sens, de bonheur au travail, de liberté, d’utilité et d’alignement entrent en jeu !

La réussite professionnelle, un équilibre à trouver entre intérieur et extérieur

La réussite professionnelle dans sa dimension interne est un processus long

Je ne suis pas partisane de ceux qui pensent que la réussite se trouve essentiellement à l’intérieur de soi et qu’il faut se concentrer uniquement sur la quête de sens et se sentir aligné entre ce que l’on est, ce que l’on dit et ce que l’on fait.

Évidemment, c’est indispensable. La réussite a une dimension intrinsèque qu’il ne faut pas négliger. Mais réussir sa vie professionnelle dans l’idée de faire un job qui a du sens, se sentir aligné, en phase avec ses besoins et ses valeurs demande de la patience et de l’expérimentation.

Il faut vouloir et être prête à faire un profond travail d’introspection, savoir affronter ses blocages, apprivoiser ses modes de fonctionnement et être en capacité de sortir de sa zone de confort pour remettre en cause ses schémas de perception quand ceux-ci te limitent dans l’atteinte de ton objectif qui est in fine, être heureuse au travail.  Et tout ça requiert de la patience et de la persévérance. C’est d’ailleurs pour gagner du temps qu’un coach professionnel est utile.

Aussi, il faut multiplier les expériences pour mieux se connaître. Si tu restes dans ta zone de confort, dans le même job, la même entreprise sans jamais y sortir, tu n’arriveras pas à trouver et à atteindre ta conception de la réussite professionnelle. Pour cela, il faut passer à l’action !

En effet, c’est la combinaison de l’introspection et de l’action qui te permettra de trouver la réussite professionnelle du point de vue interne. Or, encore une fois, cela demande du temps et de la patience ! On passe par des phases qui ne sont pas toujours très agréables : le doute, la peur de l’inconnu, le regard des autres. Le plaisir que procure cette quête se construit au fur à mesure.

La réussite doit être aussi recherchée à l’extérieur de soi

Le problème est que ton cerveau a besoin de plaisir instantané pour que tu te sentes bien ! Et c’est exactement ce que la société de consommation t’invite à faire. Tu ne peux pas échapper à ce mode de consommation et te marginaliser en excluant tous les éléments externes qui participent à ta réussite et à ton bonheur. C’est vrai que l’argent ne fait pas le bonheur, mais on ne peut nier qu’il y contribue !

Avoir de l’argent permet d’avoir un bien matériel (portable, paire de chaussures…) ou immatériel (achat immobilier) et de réaliser tes rêves (voyages). Et cette action sécrète dans ton cerveau un réel sentiment de plaisir et de satisfaction instantané. La possession de ce bien te donne ensuite le sentiment d’avoir réussi professionnellement. Et c’est ce que renvoie la société à travers le regard des autres et des médias.

Voilà pourquoi je pense qu’il ne faut pas se focaliser exclusivement sur la dimension interne de la réussite professionnelle. Le plus important est de trouver le bon équilibre pour TOI entre la dimension interne et la dimension externe de la réussite professionnelle.

Distinguer ta vision de la réussite professionnelle de la vision des autres

Pour toi, c’est quoi réussir sa vie professionnelle ? C’est une question que je pose systématiquement en séance de coaching. Bien souvent, je constate que peu ont vraiment pris le temps de se poser la question et d’y répondre.

Les réponses données ont l’effet d’une véritable prise de conscience. Pourquoi ?

Parce que dans 100% des cas, on prend conscience que notre vie professionnelle correspond à la vision de la réussite de nos parents ou de la norme sociale. Ce n’est pas NOTRE vision !

Pire, notre vision de la réussite est dépendante du regard des autres. De ce qui est socialement validé par notre entourage proche ou moins proche. Aux yeux des autres, la réussite professionnelle tourne toujours autour de deux critères : le salaire et le statut. Qui n’a jamais entendu sa tante, son grand-père ou la voisine dire :

La petite a réussi sa carrière. Elle est maintenant responsable juridique d’une grande entreprise. Elle vient d’ailleurs d’acheter une maison en plein centre-ville avec son conjoint !

Et soyons honnête, si l’on enlève la toute petite phrase « La petite a réussi sa carrière », simplement en écoutant la suite, la première pensée qui nous vient à l’esprit c’est « elle a réussi dans sa vie professionnelle ».

D’un œil externe, réussir sa vie c’est donc inspirer de la reconnaissance de par son statut de cadre à responsabilité, son expérience et les privilèges accordés.

Réussir sa vie, c’est avoir un très bon salaire et un poste à responsabilité.

Mais si tu t’arrêtes un peu sur toi, à tes yeux, est-ce ça la réussite professionnelle ?

Si c’est un oui qui ne cache pas une faible estime de toi-même, alors pourquoi pas ! Ça peut tout à fait être un critère à partir du moment où ce n’est pas une réponse à un problème caché.

Pour moi, réussir ma vie professionnelle c’est pouvoir faire un job qui a du sens, dans lequel je me sens utile, où j’ai suffisamment de liberté, de variété, où je prends du plaisir intellectuellement et humainement et qui me pousse à me dépasser. Et c’est la possibilité de pouvoir vivre de mon activité pour avoir un minimum d’argent pour réaliser mes autres rêves.

Ai-je réussi ? Non, pas encore. Mais, j’y travaille.

Le concept de réussite professionnelle évolue avec notre époque

Tu n’es pas un être figé. Ta vie est une succession de chapitres. À notre époque, le changement est omniprésent. Les couples se séparent, des familles se reconstituent tous les jours. C’est rentré dans les mœurs. Tes priorités évoluent en fonction des événements et des périodes de ta vie.

Si tu lis mes articles, tu as pu constater que je suis certaine que nous allons avoir plusieurs vies professionnelles. Des métiers disparaissent et de nouveaux se créent à la vitesse de l’éclair.

Le changement est partout. Alors, parler de réussite professionnelle au sens où on l’entendait jusqu’à maintenant à savoir une perception linéaire : faire des études, obtenir un bon poste, avoir une promotion et un bon salaire n’a plus de sens !

Par opposition à la réussite, il y a l’échec. Quitter son emploi de son plein gré ou de manière contrainte, est-ce un échec ? Non, je ne le crois plus. Il vaut mieux parler « d’expérimentations » parce que c’est bel et bien de ça qu’il s’agit. L’expérience qu’elle soit bonne ou mauvaise permet d’avancer. Finalement, être capable d’accepter et de rebondir à chaque changement dans sa carrière, ça ne serait pas ça la réussite professionnelle ?!

À lire : Les vertus de l’échec de Charles Pépin

En conclusion

T’interroger sur ce qu’est pour toi la réussite professionnelle est indispensable pour bien orienter tes choix de carrière. En ayant une connaissance pointue de ce que tu mets derrière la réussite, tu éviteras de faire des erreurs. Pour cela, il faut te détacher du modèle de réussite professionnelle qui appartient aux autres (parents, professeurs, société), apprendre à bien te connaitre et agir !

Et si tu allais plus loin dès maintenant ? Inscris-toi à ma newsletter et reçois chaque mardi matin mon dernier article avec un exercice d’auto-coaching pour t’aider à te mettre en mouvement et une problématique décortiquée qui s’inspire de ma propre expérience de la reconversion ou de celle d’une autre femme : hop, je m’inscris !

Facebook Comments