Temps de lecture: 7 minutes

Peur de manquer d’argent, pas de diplôme, manque de confiance, ne pas savoir par où commencer, peur d’échouer. Les obstacles que l’on rencontre sur le chemin de la reconversion sont variés.

Essentiellement, ce sont les obstacles d’ordre interne (liés à la personne elle-même) qui empêchent d’avancer vers son objectif. Si tu lis mes articles, tu sais qu’à mes yeux le principal obstacle à l’atteinte de son objectif, c’est soi-même.

Où en es-tu ? Tu as envie de quitter ton job, de changer de métier, mais tu as peur et tu ne sais pas par où commencer ? Que va penser ton entourage ? Tes parents ?

Vas-tu retrouver une situation financière confortable ? Ne devrais-tu pas revoir tes exigences à la baisse et étouffer l’ennui que tu ressens au travail ?

Je suis sûre que ces pensées te sont familières. Aucune femme avec qui j’échange n’y échappe. Quel que soit le statut social ou le niveau de rémunération, les blocages sont sensiblement identiques.

Mais alors si tout le monde est concerné, qu’est-ce qui différencie les personnes qui arrivent  à surmonter leurs blocages de celles qui n’y arrivent pas ?

La motivation et la persévérance. Voilà les deux moteurs essentiels pour surmonter les obstacles rencontrés sur ton chemin et arriver à la ligne d’arrivée.

Changer une petite habitude dans son quotidien n’est pas facile. Alors, changer de carrière encore moins ! Les obstacles à surmonter paraissent être une montagne à gravir.

Et pourtant, le niveau de difficulté peut être tout aussi élevé. Je dirai même que supprimer une petite habitude sans conséquence néfaste dans l’immédiat est bien plus difficile que de dépasser les difficultés rencontrées pour changer de job.

Pourquoi ?

Parce que changer de carrière fait appel à des émotions fortes et immédiates. Tu vas au travail en colère, la boule au ventre. Tu entretiens un ennui, un mal-être qui ne cesse de se développer et allant même jusqu’à contaminer ta sphère privée et familiale.

À l’inverse, arrêter de se ronger les ongles est difficile parce que les conséquences néfastes d’une telle habitude ne se font ressentir que sur le long terme. Au bout de quelques années, l’émail des dents se fragilise et la dent risque de se fissurer.

J’aime comparer le processus de reconversion comme une course d’obstacles. Pour y arriver, il faut adopter l’état d’esprit du sportif. Un esprit déterminé, combatif, audacieux, mais aussi fair-play.

Audacieux parce que tu dois faire preuve d’imagination, de créativité pour dépasser un obstacle que tu n’arrives pas à surmonter. Change les règles du jeu, ta foulée, ta technique, contourne l’obstacle. Peu importe le moyen puisque tu es la seule maître du jeu.

Fair-play parce que si ton genou heurte l’obstacle et que tu tombes au sol, ce n’est pas grave. Tu dois accepter l’échec, le rejet et recommencer.

Alors, mets ta tenue de sport, imprègne-toi de l’esprit et de la force mentale du sportif et voyons maintenant comment surmonter de manière efficace les obstacles que tu rencontres !

1/ Modifier ta perception de la situation

Les filtres de perception

Nous percevons une situation à partir de nos filtres personnels. Pour faire simple, tes filtres sont comme les verres de ta paire de lunettes. Ces filtres sont tes 5 sens, mais aussi ton système de pensées composé de tes croyances qui ne sont ni plus ni moins qu’un filtre entre toi et la réalité objective d’une situation.

Une croyance est une chose que nous considérons comme vraie sans vraiment en avoir la preuve.

L’idée est que plus tu as de croyances limitantes, plus tes verres de lunettes sont flous. Tu es bloquée. Tu n’avances pas parce que ce que tu n’as pas une vision très éclairée. Ta perception de la situation te semble négative, voire dangereuse.  À quoi bon avancer puisque de toute façon tu n’y arriveras pas, c’est trop flou.

Or, le propre des croyances est de nous apporter une certaine cohérence et stabilité de pensée. C’est pourquoi nous cherchons quotidiennement à confirmer nos croyances. Notre cerveau sélectionne les informations et ne conserve que celles qui vont confirmer nos croyances.

Si tu crois que tu es nulle et que tu n’arriveras jamais à trouver un autre emploi, alors tu feras en sorte de confirmer cette croyance. Même chose, si tu crois qu’il faut impérativement avoir un diplôme de niveau Bac+5 pour être recrutée, alors tu ne retiendras que les faits et les informations qui confirment cette croyance.

Mais, bonne nouvelle, il te suffit de modifier ta perception de la situation pour surmonter tes obstacles.

Comment faire concrètement pour modifier ta perception de la situation ?

En nettoyant les verres de ta paire de lunettes et en changeant de point de vue ou d’angle d’attaque. Pour cela, il te suffit de mobiliser d’autres ressources que tu n’as pas l’habitude d’utiliser. Tu ne peux pas entrer par la porte, passe par la fenêtre ou par le toit !

Quelles sont les croyances qui te limitent ? Sélectionne-les. Puis, pour chacune d’elle, demande-toi si c’est une vérité objective ou non. Trouve ensuite un contre-exemple que tu as vécu ou bien que quelqu’un que tu connais a vécu et qui viendrait infirmer cette croyance.

Par exemple : Je dois être diplômée d’un bac +5 en informatique pour être développeur web.

Le frère de mon amie est développeur web et pourtant il n’a pas un Master en informatique.

Ensuite, demande-toi par quelle autre croyance plus objective tu pourrais remplacer ta croyance limitante. Choisis celle qui te parle le plus. Puis, adopte l’attitude d’une personne qui a cette croyance. Répète-la en boucle dans ta tête, écris-la tous les jours à la main sur un cahier, rapproche-toi de personnes qui vont confirmer cette croyance.

2/ Ne pas chercher la perfection et accepter que tu ne puisses pas tout contrôler

Avoir l’état d’esprit « tout est possible »…

Il y a une différence à faire entre avoir l’esprit optimiste et combatif qui croit que tout est possible et être conscient que tout ne peut pas être parfait et sous contrôle. Je m’explique :

Pour sortir de la passivité et te mettre en mouvement, tu dois adopter un état d’esprit optimiste dans lequel tout est possible. Cet état d’esprit est indispensable pour te mettre en mouvement. Je prends toujours l’exemple de l’astronaute. Tu veux être astronaute ? Alors fonce ! Va jusqu’à t’imaginer dans l’espace et crois-y !

 

…Mais être conscient que tout ne peut pas être parfait

Sur le chemin qui mène à ton objectif, tu prendras conscience que tout n’est pas parfait et sous ton contrôle. En effet, tous les feux ne peuvent pas être au vert. Et tu ne dois pas t’arrêter en cours de route et attendre qu’ils le soient pour continuer ta route. Tu dois  expérimenter un projet professionnel !

Sur ton chemin, tu rencontreras peut-être des obstacles externes ou internes insurmontables ou qui demandent des mois voire des années avant de les dépasser. Pour ne pas que cela t’empêche d’avancer, tu dois identifier les blocages qui sont indispensables à surmonter pour atteindre ton objectif. Les autres, tu peux continuer à les affaiblir.

Si je prends mon exemple, j’ai travaillé mon manque d’estime tout le long de ma reconversion, mais je ne l’ai pas encore surmonté. Le simple fait de l’avoir affaibli m’a permis d’avancer vers mon objectif. Et encore aujourd’hui, je continue à tout faire pour l’affaiblir chaque jour un peu plus.

Enfin, dois-tu attendre le job parfait pour te lancer ?

Non. Surtout pas !

Le job parfait se façonne avec le temps. Peu de personnes arrivent à le trouver du premier coup. La perfection est devenue une obsession que la société et les médias de masse ont rendue séduisante. On nous fait croire que pour être heureux et réussir il faut que tout soit parfait. Or, c’est faux !

C’est pourquoi je le répète, tu dois différencier l’état d’esprit et la réalité.

Identifie simplement les critères principaux pour toi. Ceux qui sont en accord avec tes valeurs et tes besoins.

3/Accepter l’échec/le rejet et reconnaitre ses limites

Le rejet et l’échec suscitent des émotions fortes comme la tristesse, la colère, le dépit. La première réaction est de réagir sous le coup de cette émotion.

Tu n’as pas été acceptée dans l’école où tu as postulé alors que c’était le moyen pour toi de devenir architecte d’intérieur ? Tu risques d’être triste, déçue. Ta première réaction va être de vouloir abandonner ton projet. Tes pensées ? « Ça ne sert à rien, je viens d’essuyer un rejet. Je suis nulle, la preuve ! »

Ça, c’est le schéma classique dans lequel l’on agit sous le coup de l’émotion. Comme le dit Ryan Holiday, l’auteur du livre L’obstacle est le chemin, il faut maîtriser ses émotions pour reprendre le contrôle. L’auteur va même jusqu’à dire que le sang-froid peut s’avérer plus précieux que le talent ou l’intellect, car il permet de rester maître de ses capacités en toute circonstance.

Ainsi pour ne pas agir à chaud, tu dois te préparer à l’inévitable. En anticipant le pire, tu évites d’être déçue.

Mais surtout, tu dois reconnaitre tes limites et tes faiblesses. Au lieu de dépenser de l’énergie à te révolter contre le sort ou la malchance qui s’acharne sur toi, tu dois garder une attitude objective.

Qu’as-tu retenu de cet échec ou de ce rejet ? Il y a forcément une leçon à en tirer. Peut-être que finalement au fond de toi tu n’avais pas tant envie de postuler à ce poste. Ou peut-être que tu n’étais pas suffisamment préparée.

Il y a toujours d’autres moyens de parvenir à ton objectif. Une autre voie que tu n’as pas encore exploitée et qui sera plus pertinente  par rapport aux ressources dont tu disposes !

En conclusion

Se reconvertir est un changement. Et chaque changement comporte des obstacles. Plus ou moins nombreux selon les personnes. Les surmonter demande une réelle motivation, de la patience et de la persévérance. Tu dois voir les obstacles comme des défis à relever. Pour cela, l’état d’esprit du sportif est essentiel !

Modifier ta perception de la situation, ne pas chercher la perfection, accepter l’échec/le rejet et reconnaitre tes limites sont 3 étapes qui te permettront de venir à bout des obstacles qui t’empêchent d’accéder à la vie professionnelle dont tu rêves !

Et si tu allais plus loin dès maintenant ? Inscris-toi à ma newsletter et reçois chaque mardi matin mon dernier article avec un exercice d’auto-coaching pour t’aider à te mettre en mouvement et une problématique décortiquée qui s’inspire de ma propre expérience de la reconversion ou de celle d’une autre femme : hop, je m’inscris !

Facebook Comments