Temps de lecture: 6 minutes

Tu connais la méthode Ikigaï ? Je suis certaine que tu en as déjà entendu parler. Elle vient du Japon. Ton Ikigaï se trouve à l’intersection entre tes talents, tes passions, les besoins du monde et la capacité à être payé pour faire ce que tu veux faire.

Partout, on parle de cette méthode qui garantit d’atteindre réussite et épanouissement. Voici quelques titres d’articles traitant du sujet :

3 exercices pour trouver son Ikigaï – Psychologies

Comment trouver son Ikigaï – Les nouveaux travailleurs

Réveillez votre Ikigaï – Elle

J’ai été terriblement séduite par cette méthode et j’ai acheté le livre de Christie Vanbremeersch Trouver son Ikigaï. Je l’ai dévoré d’une traite et je dois dire que j’ai été totalement conquise ! Les témoignages de personnes ayant trouvé leur ikigaï donnent espoir. J’ai même commencé à construire ma méthode en m’inspirant de l’ikigaï.

Mais très vite, je me suis mise à douter. Je m’interrogeais sur l’efficacité et la pertinence de cette méthode. Le processus est très long ! Trop long…

Il faut parfois de nombreuses années avant de trouver son ikigaï et certaines personnes sont en quête perpétuelle sans jamais vraiment le trouver. Elles finissent par s’essouffler et sont résignées. Alors, elles pensent qu’elles n’atteindront jamais leur objectif de réussite et d’épanouissement professionnel.

Qu’en penses-tu ? Est-ce que toi aussi tu cherches ce foutu point d’intersection entre passion, talent, besoin du monde et argent ?

Tu dépenses ton énergie à chercher ta/tes passions ? Et si tu n’en as pas ?

Compliqué…

Tu crois que pour être heureuse au travail et avoir l’envie de te lever le matin pour aller bosser, il n’y a qu’une seule voie : concentrer tes efforts pour faire de ta passion ton métier.

Et s’il y avait un autre moyen plus rapide et efficace d’atteindre cet objectif de réussite et de satisfaction ?

C’est la question que je me suis posée. C’est donc à ce moment-là que j’ai réorienté mes recherches et mon positionnement pour trouver une  nouvelle approche, différente.

Cette nouvelle approche remet en cause une partie de l’ikigaï : l’intersection entre talents et passions. De mon point de vue, tu n’as pas besoin d’allier talent et passion. Il te suffit de te concentrer sur tes talents et de trouver le moyen de les exploiter et d’être rémunérée pour cela. De cette façon, tu atteindras plus rapidement la réussite et la satisfaction professionnelles.

Talents, compétences et passions

Avant d’entrer dans le vif du sujet, petit tour d’horizon sur ce qu’est un talent.

 

Talent VS compétence

Le talent se différencie d’une compétence en ce sens où le talent est inné et la compétence s’acquiert avec l’apprentissage, l’expérience et la connaissance. Un talent peut être une compétence très recherchée comme l’organisation, l’imagination.

Généralement, on réduit le talent à une chose matérielle, palpable ou visuelle : la peinture, l’écriture, la musique, etc… Mais les talents sont vastes et innombrables ! Ils peuvent être difficilement perceptible comme par exemple l’écoute, la capacité introspective, la faculté à apprendre vite…

Aussi, le talent peut-être caché. Tu as un talent, c’est une certitude. Mais, comme tu fais cette chose de manière si naturelle, tu ne te rends pas compte que c’est bel et bien un talent. De ce fait, ton talent est endormi et tu ne l’exploites pas. Tu n’utilises pas ton plein potentiel.

 

La passion

On parle de passion quand on a un penchant vif et persistant pour quelque chose. Tu sais que tu es passionnée quand ton attention est focalisée pendant des heures sur un sujet, une activité. Tu ne vois pas le temps passé, tu es dans un état émotionnel qui mêle excitation, et sérénité.

Toutefois, passion ne rime pas nécessairement avec talent. Tu peux par exemple être passionnée par la danse classique sans avoir un vrai talent. Ce qui ne veut pas dire que tu ne seras jamais une bonne danseuse classique ! Il te faudra simplement beaucoup de travail, d’investissement et de patience.

C’est là tout l’intérêt de mon approche. Reprenons mon exemple ci-dessus qui va sûrement te parler. Si tu as un talent pour la danse classique et que tu exploites ce talent, tu peux véritablement exceller et atteindre une franche réussite très rapidement, et ce même si ce n’est pas ta passion.

En revanche, si tu n’as pas un talent inné pour la danse classique, il va te falloir beaucoup d’investissement en temps, en effort et en énergie pour arriver à un niveau satisfaisant. Tu ne seras peut-être pas la meilleure des meilleures.

La passion ne se transforme pas toujours en métier

Choisir de ne pas faire de sa passion un métier

Tu penses que tu dois obligatoirement faire un métier qui te passionne pour être épanouie et motivée dans ton travail ? Eh bien non !

L’une de mes amies est manipulatrice radio. Son métier n’est pas une passion et elle n’en est pas moins heureuse. Quand elle ne travaille pas, elle s’adonne à l’une de ses passions, la couture.

Sa passion, elle en fait une activité personnelle et de loisir. En plus d’être passionnée, mon amie a un don pour la couture, c’est certain.

Alors, moi la première, je me demandais pourquoi est-ce qu’elle ne développait pas en parallèle de son job une activité où elle vendrait ses créations ?

Mais, ce n’est pas ce qu’elle souhaite pour le moment. Aujourd’hui, elle veut garder sa passion comme loisir et même si son métier n’est pas une passion, elle aime son job pour plusieurs raisons : une situation financière confortable, elle est douée et elle réussit très bien dans ce job, elle a un rythme de vie qui lui correspond et lui permet d’avoir un bon équilibre pour pratiquer la couture.

Etre contraint de ne pas pouvoir faire de sa passion son métier

Peut-être fais-tu partie de ceux/celles qui rêvent d’être rémunéré.es pour leur passion ?

J’aime prendre l’exemple du guitariste qui rêverait de vivre de la musique. On a tous un pote, un membre de la famille ou quelqu’un que l’on a connu qui aimerait devenir guitariste professionnel.

Mais soyons réalistes, très peu y parviennent s’ils ne sont pas dotés d’un don et qu’ils ne sont pas prêts à faire des sacrifices énormes : quitter sa région et partir dans « la capitale » de la musique, mettre de côté certains de ses besoins essentiels pour sa passion.

C’est pourquoi il est capital que tu sois consciente de tes limites. Qu’elles soient externes ou internes.

La question est ensuite de savoir jusqu’où tu es prête à aller pour dépasser tes limites ? Est-ce que tu es prête à faire de gros sacrifices que ce soit financier, géographique ou autre ? Es-tu prête à patienter plusieurs années s’il le faut pour vivre pleinement de ta passion ?

Enfin, si tu n’es pas prête à laisser de côté l’idée, sache que faire de ta passion ton métier ne veut pas nécessairement dire l’exercer stricto sensu.

Je m’explique en reprenant l’exemple de la guitare.

Tu es passionnée de guitare. Si être guitariste professionnelle n’est pas à ta portée ou te semble irréalisable compte tenu des sacrifices à faire, demande-toi ce qui te plaît dans cette activité ? Pourquoi aimes-tu jouer de la guitare ? Est-ce que c’est parce que tu aimes divertir un public ? Parce que tu es sensible aux bienfaits de la musique ?

En te demandant pourquoi, tu vas trouver des pistes intéressantes de reconversion et qui se rapprochent de ta passion, mais sans pour autant être bloquée sur l’idée de faire de ta passion stricto sensu ton métier.

Exploiter ses talents, la clé pour réussir et être satisfaite professionnellement

Dans leurs ouvrages So good et L’élément, Cal Newport et Ken Robinson nous invitent à ne pas chercher à faire de notre passion notre métier. Ils proposent une approche différente visant à se concentrer sur ses talents.

Quand j’ai découvert leur approche, j’ai totalement adhéré !

Tes talents. Voilà ce sur quoi tu dois te concentrer. La passion est le bonus. C’est tout l’intérêt d’apprendre à bien se connaitre. En découvrant ton/tes talent.s, ton objectif sera de réfléchir à comment l’exploiter, le développer et le mettre à profit des autres tout en étant rémunérée.

Ton talent n’est pas là par hasard. Et je suis convaincue que si tu orientes tes recherches de reconversion vers des jobs dans lesquels ton talent pourra s’exprimer, tu réussiras et tu seras épanouie !

Ken Robinson va jusqu’à recommander d’être passionné par son talent. C’est donc faire de ton talent une sorte de « vocation » et d’y travailler chaque jour sans relâche. C’est te dire tous les jours « j’adore ce que je veux faire ». À force de te le répéter, tu vas adopter une posture de passionné.

Exploiter tes talents a de véritables bénéfices. Tu connais ce sentiment de fierté, de motivation et de bien-être quand tu fais une chose pour laquelle tu es douée ? On t’a sûrement dit que tu étais douée pour écouter, pour vendre, pour convaincre, pour organiser ?

Ça booste ta confiance et ton estime, n’est-ce pas ? Tu as le sourire.

Alors, pars à la découverte de tes talents et exploite-les ! C’est une voie sûre d’atteindre ton objectif de réussite et de satisfaction professionnelle 🙂

En conclusion

Voici mes conseils et mes recommandations pour t’aider à trouver ton nouveau projet professionnel

  • Ne cherche pas à tout prix à faire de ta passion ton métier
  • Tu as le droit de garder ta passion en activité de loisir
  • Trouve ce qui dans ta passion te plaît
  • Concentre tes efforts sur la recherche de tes talents et exploite-les
  • En trouvant un job qui te permet de mettre en pratique tes talents, tu atteindras plus rapidement et plus efficacement la réussite et l’épanouissement professionnel.

Et si tu allais plus loin dès maintenant ? Inscris-toi à ma newsletter et reçois chaque mardi matin mon dernier article avec un exercice d’auto-coaching pour t’aider à te mettre en mouvement et une problématique décortiquée qui s’inspire de ma propre expérience de la reconversion ou de celle d’une autre femme : hop, je m’inscris !

Facebook Comments