Temps de lecture: 7 minutes

Le médecin d’une de mes amies lui a dit « Devenir coach ? Encore une idée trouvée par les chômeurs qui ne veulent pas vraiment travailler ».

Ça m’a mis hors de moi. Tu peux l’imaginer. Voilà une idée reçue parmi tant d’autres sur la profession de coach : le coaching n’est pas un vrai métier. C’est pour les fainéants.

Oui, le coaching est une profession. Il est vrai qu’il est devenu en quelques années, un métier « tendance ». De nombreux actifs s’intéressent au coaching pour apporter une nouvelle corde à leur arc à leur métier de responsable RH, de manager, de conseiller, de psychologue ou encore d’infirmer.

Pour d’autres actifs, le coaching est le tremplin vers une reconversion professionnelle. Ils veulent se consacrer à temps plein à ce métier et en faire une activité professionnelle à part entière.

Toutefois, la tâche ne s’annonce pas aisée. En France, le métier de coach est encore associé à un charlatan. Deux raisons à cela :

D’une part, la culture française est très fermée. Nous avons du mal à bousculer nos codes et nos habitudes. Les entreprises françaises sont encore très attachées au diplôme. Les salariés sont réfractaires à tout sacrifice et à tout changement qui impacteraient leur statut et leurs droits.

Aussi, nous sommes un pays méfiant. Nous accordons notre confiance qu’à ce que nous connaissons et il nous est par exemple difficile de nous ouvrir à la nouveauté et à une autre technique d’accompagnement que celles que proposent les psychologues ou les conseillers.

D’autre part, le terme de « coach » est utilisé par tout le monde et à toutes les sauces. Un grand nombre de personnes s’improvisent coach professionnel alors qu’elles ne le sont pas. Elles ternissent l’image du métier de coach et sèment le trouble.

Le coaching est une discipline qui manque de réglementation même si les choses sont en train d’évoluer.

Lorsque l’on me contacte pour en savoir plus sur mes accompagnements, je demande systématiquement à mon interlocuteur s’il sait ce qu’est le coaching. Pour la majorité, ils ne savent pas. Et c’est normal.

Il est donc temps d’éclaircir les choses !

Le coaching professionnel est loin d’être une activité fourre-tout. Et en vivre exclusivement demande de s’investir et de redoubler d’efforts pour dépasser les préjugés négatifs qui y sont associés. Un métier de fainéant, docteur ? Vous faites fausse route !

Qu’est-ce que le coaching professionnel ?

Nous connaissons principalement le métier de coach à travers le sport. Pour nous, un coach est un coach sportif. C’est celui qui entraîne son équipe ou son poulain à atteindre un objectif de performance.

 

Accompagner dans une démarche de changement

Eh bien dans le domaine professionnel et personnel, c’est exactement la même chose. Le coaching individuel est une technique d’accompagnement qui vise à accompagner une personne (le client) dans une démarche de changement pour atteindre son objectif et pour dépasser une difficulté.

Le coach professionnel a un rôle de guide. À travers des outils de coaching (questionnement, reformulation, Programmation neuro linguistique, analyse transactionnelle…), il aide le client à trouver ses propres solutions en lui faisant prendre conscience des ressources et des potentiels dont il dispose pour y arriver.

C’est en cela que le coaching se différencie du conseiller et du psychologue. L’objectif final du coach est d’amener son client à devenir autonome. Grâce à ce qu’il va expérimenter en séances et à des mises en action, le client sera suffisamment outillé pour continuer sa route tout seul.

Le coach est donc essentiellement tourné vers le présent et le futur contrairement au psychologue qui lui, va se concentrer sur le passé. Le coaching n’est pas une thérapie. Si le client souffre de blocages importants ou de traumatismes, le coach doit le diriger vers le psychologue.

Le coach est donc une excellente solution pour les personnes qui rencontrent une difficulté sans nécessairement avoir besoin d’un psychologue ou qui ont besoin d’un coup de pouce pour atteindre leur objectif. Le nombre de séances doit être court. Pas plus de 12 séances pour atteindre un objectif.

 

Le coach, un guide pour révéler les potentiels

Enfin, le coaching se différencie du conseil en ce sens où le coach n’est pas là pour dire au client quoi faire. Le mieux placé pour savoir ce qui est bon pour lui, c’est le client lui-même. Dans le conseil, on n’apprend pas au client à se poser de bonnes questions ou à trouver les solutions à leurs problèmes. On les assiste. Ce qui fait qu’au prochain problème, le client devra à nouveau faire appel à un conseiller.

À l’inverse, un client qui se fera coacher aura appris à se poser de bonnes questions et à trouver les ressources en lui pour se débrouiller tout seul. Un client qui devient autonome au fil du coaching n’aura pas à revoir un coach à la prochaine difficulté.

Enfin, le coaching peut être utilisé dans les domaines de la sphère privée ou professionnelle. Quel que soit l’objectif que tu souhaites atteindre (perdre du poids, trouver un job, trouver l’amour, reprendre confiance en toi..), le coaching est 100% adapté !

Comment devient-on coach professionnel ?

Les qualités indispensables à avoir

Avant de parler des formations qui mènent au métier de coach professionnel, il me paraît essentiel de parler des qualités à avoir pour être coach.

Sans surprise, tu sais que la qualité première est l’écoute. Pour être un bon coach, il faut aimer et savoir écouter. Et crois-moi, écouter demande beaucoup d’énergie ! Après chaque séance, je suis vidée de mon énergie.

Ensuite, il faut avoir une posture de non-jugement et être humble. Le coach n’est pas là pour dire ce qui est bien ou mal. Il n’est pas là pour donner des leçons. Le faire entraînerait plus de dégâts.

C’est vraiment essentiel que le coach fasse la différence entre lui et son client et éviter tout transfert.

Enfin, l’optimisme, la curiosité et l’envie d’apprendre sont aussi importants. Un coach doit continuellement se former, revoir sa pratique, se faire superviser pour enrichir ses séances et ses méthodes.

 

Se former au métier de coach professionnel

La profession de coach n’est pas encore suffisamment réglementée. Ce qui engendre des abus que j’ai cités plus haut : le statut de coach est utilisé à tout va.

Mais si tu souhaites devenir coach, je te conseille de te former et d’obtenir un diplôme ou un certificat reconnu par l’Etat. 

Pourquoi ?

Parce que si tu envisages de proposer tes services aux entreprises, il faut que tu saches qu’elles demandent aux coachs de prouver qu’ils sont certifiés ou diplômés avant de faire leur choix.

C’est un gage de qualité et de sérieux.

Concernant les particuliers, ils ne s’intéressent pas aux diplômes. Mais, je te suggère quand même de te former au coaching parce que les choses vont évoluer. La profession va être réglementée pour éviter les abus.

Oui, les charlatans existent. Le développement personnel est un appât pour attirer des personnes vulnérables et les escroquer. Certaines personnes qui se disent coach n’ont pas de conscience professionnelle.

Or, un vrai coach professionnel doit respecter des règles de déontologie associées à la profession. Il s’agit de travailler avec l’humain et c’est donc primordial d’être vigilant et de ne pas être dangereux !

Et pour exercer le métier dans les bonnes conditions, il faut connaitre la posture du coach, être outillé et expérimenter des techniques avec bienveillance et sécurité pour le client.

Des indispensables que tu apprends en suivant une formation !

Pour devenir coach professionnel, tu peux passer par la voie universitaire :

  • Master 2 Coaching et développement professionnel de l’IAE de Bordeaux
  • Pratiques du coaching de l’université de Paris 8
  • Master Gestion des ressources humaines : parcours coaching dans les organisations de l’université d’Aix-en-Provence
  • DESU coach professionnel d’Aix-en-Provence

Ou bien par des organismes de formation proposant un niveau de certification reconnue par l’Etat :

  • MHD
  • Linkup Coaching
  • Haute école de coaching
  • Coaching ways

Peut-on vivre exclusivement du métier de coach en développement personnel et professionnel ?

Oui, c’est possible. Mais la recette pour y arriver demande d’être prêt à faire des sacrifices, de l’investissement émotionnel, financier et en temps, de la patience, de la détermination, de la volonté, de l’optimisme, de la curiosité et bien sûr d’autres compétences.

Il y a aussi un facteur chance à prendre en  compte. Je ne suis pas de ceux qui disent que la chance n’a rien à voir avec la réussite. C’est faux. Dans tout ce que l’on entreprend, il y a une part de chance.

Bien sûr, plus on est préparé, moins on donne d’importance au facteur chance. Mais parfois il suffit de connaître la bonne personne, être au bon endroit au bon moment.

Je détaillerai ici deux cas de figure : le coach salarié en interne dans l’entreprise et le coach indépendant.

Le coach salarié

Si tu es recrutée en qualité de salariée, c’est simple. Mais, je dois te prévenir : peu de coachs internes en entreprise sont recrutés en tant que débutants.

Pour avoir la chance d’être embauché, il faut déjà avoir eu une expérience significative dans l’entreprise et en connaître les ficelles. Généralement, ce sont des salariés déjà présents dans l’entreprise qui permutent sur la fonction de coach. Les coachs salariés sont essentiellement présents dans les grands groupes.

Le coach indépendant

Également, tu as l’option de te lancer à ton compte. Cependant, tu peux être un excellent coach, si personne ne te connaît tu n’arriveras pas à vivre de ton activité. Il faut donc être prêt à développer une palette de compétences et agir comme un entrepreneur.

Tu dois penser marketing, site internet, communication, réseau, stratégie, vision…

Actuellement, mon quotidien représente à peu près à ça : 45% de coaching pur et 55% de tout le reste (articles, prospection, communication…). La première année (ou les premières années selon les personnes), tu passes plus de temps à développer ta visibilité, à te faire connaitre qu’à faire du coaching !

En conclusion

Le métier de  coach professionnel a de beaux jours devant lui, j’en suis certaine ! C’est un métier enrichissant sur le plan humain. Le coaching est une technique d’accompagnement brève qui répond aux besoins de ceux qui ne veulent pas se lancer dans une longue démarche avec un psychologue et surtout qui n’en ont pas besoin !

Et si tu allais plus loin dès maintenant ? Inscris-toi à ma newsletter et reçois chaque mardi matin mon dernier article avec un exercice d’auto-coaching pour t’aider à te mettre en mouvement et une problématique décortiquée qui s’inspire de ma propre expérience de la reconversion ou de celle d’une autre femme : hop, je m’inscris !

Facebook Comments