Temps de lecture: 5 minutes

Le développement personnel est mis à toutes les sauces. L’engouement pour cette discipline ( ?) est devenu en quelques années un véritable phénomène de mode.

Venu d’outre-Atlantique, le développement personnel est la promesse d’atteindre l’état de bonheur et de bien-être intérieur.

Mais le développement personnel, c’est quoi exactement ? Que met-on derrière ?

Il n’y a malheureusement pas de réponses précises. Voici ce que j’ai trouvé sur Wikipédia :

« Le « développement personnel » n’a pas de définition institutionnelle et cette formule peut être utilisée pour légitimer des méthodes très variées ».

« Le développement personnel représente un ensemble hétéroclite de courants de pensées et de méthodes ayant pour objectif l’amélioration de la connaissance de soi, la valorisation des talents et potentiels, l’amélioration de la qualité de vie, la réalisation de ses aspirations et de ses rêves.

Ce n’est toutefois pas une sorte de psychothérapie et résulte d’influences multiples. En effet, la psychologie et la philosophie, et souvent la diététique et la pratique du sport, fondent généralement les pratiques des acteurs du développement personnel moderne ; d’autres y rattachent également des notions religieuses ou relevant de l’ésotérisme.

Les bases de la psychologie du développement personnel sont d’abandonner toutes les idées négatives et de les reformuler en pensées positives. »

Le développement personnel pour devenir la meilleure version de soi-même

En tant que coach professionnel, j’utilise des techniques de développement personnel dans mes accompagnements comme la Programmation Neuro Linguistique.

Mais je les utilise avec prudence. Utilisé avec vigilance, le développement personnel a des effets positifs puissants. Quelqu’un qui se connait mieux, qui sait identifier ce qui est important pour lui ou ses schémas de croyances, pourra bien orienter ses choix et ses décisions.

Quelqu’un qui a conscience de ses potentiels trouvera motivation et détermination pour atteindre ses objectifs professionnels et personnels. Il pourra également les valoriser et les mettre à profit des autres, ce qui lui apportera un sens à sa vie.

Un individu qui développe un état d’esprit positif et qui croit en ses compétences, augmentera ses chances de faire de ses rêves une réalité.

Quelqu’un qui sait se remettre en question et analyser ses émotions entretiendra des relations de qualité avec autrui.

Et enfin, quelqu’un capable de sortir de sa zone de confort pour développer ses connaissances, ses compétences et ses aptitudes en sortira grandit et satisfera à son besoin de réalisation de soi.

Vu sous cet angle, le développement personnel semble terriblement efficace, n’est-ce pas ?

Oui, mais encore faut-il savoir ne pas dépasser les limites.

Qu’il s’agisse d’acheter un programme en ligne de développement personnel, de participer à un atelier gratuit de gestion de la colère, de te faire accompagner par un coach personnel, tu dois toujours être vigilante et avoir un regard critique.

Les limites à ne pas franchir sont de deux sortes :

  • Lorsque le développement personnel passe d’une technique bienveillante et positive pour soi à une quête obsessionnelle du bien-être et de la perfection. Cette quête devient une affaire de performance ;
  • Lorsque le développement personnel est utilisé comme hameçon pour attirer les personnes vulnérables dans des sectes ou des organisations qui les escroquent.

Le développement personnel, une affaire de performance

Nous ne sommes pas des machines

Premier danger du développement personnel : faire de la quête du bonheur et de la réalisation de soi une affaire de performance. Nous ne sommes pas des surhommes ou des machines. Notre cerveau est certes malléable, mais nous restons des êtres humains avec nos fragilités, nos imperfections et nos limites.

Tu ne trouves pas que nous vivons à une époque où tous les domaines de notre vie sont régis par la performance ?

Ça commence dans le travail. Il faut être toujours plus productif, être toujours plus souriant, toujours plus talentueux. Même le bien-être au travail est devenu une affaire de performance.

Si tu es malheureuse au travail, que tu souffres d’angoisses, de stress ou de burn-out, c’est que tu n’es pas assez solide. Tu te dis « j’aurais dû le voir arriver, j’aurais dû réagir plus tôt ».

Même chose pour notre corps. Les femmes et les hommes ne sont pas satisfaits de leur corps. Ils se trouvent trop petits, trop gros, pas assez musclés. Le résultat ? Des personnes qui ne sont pas bien dans leur peau et qui souffrent d’un manque d’estime de soi.

Pour le bonheur, c’est encore le même schéma. Si on lève le ton sur l’un de nos collègues de travail, on passe pour quelqu’un qui ne sait pas gérer ses émotions.

On se met alors à se questionner et à s’autocritiquer à outrance : pourquoi j’ai réagi comme ceci ? Comment faire la prochaine fois pour me contrôler ? Qu’est-ce que ça cache ? Est-ce que j’ai un problème ? Je ne devrais pas consulter quelqu’un pour apprendre à mieux gérer mes émotions ?

Stop !

 

Se poser des questions c’est bien, mais attention à ne pas tomber dans l’excès

C’est normal d’avoir des sautes d’humeur, de se mettre en colère, d’être triste. Les émotions négatives sont là pour nous guider dans nos prises de décision et dans nos actions.

Les étouffer est tout sauf une bonne idée.

Si tu t’énerves contre ton interlocuteur, si tu t’impatientes ou si tu tapes avec ton poing sur ton bureau, il n’y a rien de grave. Laisse couler et ne te torture pas l’esprit avec des dizaines de questions.

Tu dois t’accepter telle que tu es. À partir du moment où ton comportement n’est pas néfaste pour toi ou pour autrui et que ça reste occasionnel, il est inutile de culpabiliser et de changer ton attitude !

C’est pourquoi, à chaque fois que tu es prête à entrer dans une énième rumination pour améliorer ton attitude, demande-toi en quoi ce que tu as fait, dit ou penser était problématique ? Est-ce si dramatique pour toi ou pour les autres ?

Le développement personnel, appât pour escrocs et organisations sectaires

Une de mes amies est tombée dans le piège. Elle était à une période de sa vie où elle se questionnait sur son avenir professionnel et sur qui elle était.

Tu sais, ce genre de questions existentielles qui nous amènent à nous intéresser au développement personnel !

À cette époque, elle était fragile. Et des escrocs ont profité de sa vulnérabilité. Donner de faux espoirs, voilà ce que font les escrocs du développement personnel. Ils vendent du rêve, promettent de trouver la paix intérieure ou garantissent d’atteindre la vie rêvée. Et leurs victimes courent après cette quête de l’idéal. À s’épuiser.

Ils accordent leur confiance et donnent leur argent à des charlatans. Ces gens-là ne sont pas des professionnels. Ils n’ont pas d’éthique professionnelle, de conscience ni de compassion ou d’empathie ! Alors, attention aux promesses alléchantes.

Ceux qui utilisent des ateliers de développement personnel comme porte d’entrée pour trouver des proies à rallier à leurs sectes sont les pires. Ils te font parler jusqu’à ce que tu leur confies tes doutes et tes faiblesses.

Ils adaptent ensuite leur discours en conséquence et te servent sur un plateau d’argent les solutions à tes problèmes. Mais, leur but est de te dépersonnaliser, de t’éloigner de tes proches et de te marginaliser!

En conclusion

La vie parfaite n’existe pas. Oui, on peut se construire une vie qui nous correspond. Oui, on doit croire en soi et en ses rêves, mais sans entrer dans l’utopie. La vie est faite d’aléas et d’imperfections !

Et si tu allais plus loin dès maintenant ? Inscris-toi à ma newsletter et reçois chaque mardi matin mon dernier article avec un exercice d’auto-coaching pour t’aider à te mettre en mouvement et une problématique décortiquée qui s’inspire de ma propre expérience de la reconversion ou de celle d’une autre femme : hop, je m’inscris !

Facebook Comments