Temps de lecture: 5 minutes

L’équilibre vie personnelle/vie professionnelle est depuis quelques années au cœur des politiques RH. L’émergence des TIC (Techniques informatiques et de communication) ou encore la crise médiatisée du mal-être au travail chez France Télécom ont propulsé la problématique de l’équilibre de vie au premier rang.

Le gouvernement s’y est intéressé. La dernière action est la loi sur le droit à la déconnexion. Désormais, les partenaires sociaux et l’entreprise doivent établir un accord ou une charte fixant les modalités du droit à la déconnexion pour l’ensemble des salariés.

Les accords d’entreprises vont également jusqu’à imposer un cadre aux réunions : pas de réunion avant 9h et après 18h par exemple.

Ces mesures visent un seul but : la préservation de la santé et de la sécurité des salariés. Mais dans  notre quotidien de travailleur, la réalité n’est pas très reluisante, n’est-ce pas ?

Nous sommes nombreux à souffrir d’un déséquilibre entre nos vies personnelles et nos vies professionnelles. Que l’on soit salarié ou entrepreneur. En effet, beaucoup d’entrepreneurs tombent dans le piège du surinvestissement. Jusqu’au moment où le corps dit stop.

Parce que c’est bien ce que l’on risque à s’investir corps et âme dans son travail. Le burn-out et l’épuisement professionnel sont banalisés. Toutes les semaines, je lis des témoignages de personnes qui tombent dedans à cause d’une charge de travail démesurée, d’une pression permanente.

Quand vient le moment où notre job empiète sur notre vie familiale, personnelle et sociale, la coupe est pleine et les conséquences peuvent être dramatiques : stress, angoisses, insomnies, troubles gastro-intestinaux, perte de poids, surmenage, irritabilité, dépression…

Nous sommes tous conscients des effets néfastes d’un déséquilibre des deux pans de notre vie. Il est donc nécessaire de réagir pour ne pas tomber dans le piège. Mais comment faire à notre échelle pour retrouver un bon équilibre ? Par où commencer ?

1/Le point d’équilibre vie personnelle/vie professionnelle est subjectif et évolutif

On trouve plusieurs définitions de l’équilibre vie personnelle/vie professionnelle. Un article publié sur le site Parlons RH indique que les recherches en ressources humaines proposent jusqu’à 6 définitions différentes.

La grande difficulté pour les RH est de trouver une définition commune qui s’applique à l’ensemble des salariés. Mais qu’on se le dise, la conception de l’équilibre vie personnelle/vie professionnelle varie d’une personne à une autre.

Mon point d’équilibre sera différent du tien car il tient compte de paramètres personnels comme la personnalité, les besoins, les valeurs ou les intérêts.  Pour trouver le bon équilibre pour soi, il faut commencer par évaluer tes domaines de vie. À combien évalues-tu ton niveau de satisfaction entre 0 et 10 dans les domaines suivants : travail, loisirs/sports, vie amoureuse, vie familiale, vie sociale ?

Avec cet exercice simple, tu as une vue d’ensemble de ton équilibre vie personnelle/vie professionnelle.

Dans un second temps, tu dois te questionner sur tes besoins. De quoi as-tu besoin pour te sentir bien ? De challenge ? De temps pour lire un livre dans le mois ? De courir trois fois par semaine ?

Un job qui occupe tout ton temps et t’empêche d’avoir des activités personnelles ou de la disponibilité pour tes proches va engendrer de la frustration, de la colère ou de l’impatience.

2/ Évaluer son équilibre régulièrement

Son point d’équilibre n’est pas figé. Il varie d’une extrémité à une autre en fonction des périodes de sa vie.

Ainsi, pendant les premières années de ta carrière, ton point d’équilibre peut balancer en faveur de ta vie professionnelle. Tu t’y sens très bien jusqu’à ce que tu décides de fonder une famille.

Tes aspirations peuvent également évoluer. Il est donc utile d’évaluer son équilibre régulièrement. La fréquence va dépendre de toi. Un bon moyen de savoir que c’est le moment de faire le point est lorsque tu constates un changement d’humeur sur une période de plusieurs semaines ou une fatigue chronique.

Une fois que tu as noté un déséquilibre, à toi de déterminer comment faire pour arranger la situation. Qu’est-ce qui est le plus important aujourd’hui dans ta vie personnelle et qui t’apporte de la satisfaction ? As-tu un projet, un challenge ou une activité personnelle qui te tient particulièrement à cœur ?

3/ Avoir des loisirs

Si tu as un profil multipotentiel, la difficulté que tu rencontres quand ton travail empiète sur ta vie personnelle est de manquer de temps pour mener de front les activités et les sujets qui t’intéressent. Cette situation génère de la frustration. Ton objectif est donc de trouver le bon dosage entre tes différentes activités et ton besoin de repos.

Un autre cas de figure peut se présenter : quand tu n’as plus de motivation pour avoir tes loisirs. Dans cette situation, ton travail occupe une place importante dans ta journée. Ton réservoir d’énergie se trouve à plat et tu n’as plus de force pour autre chose, même si ce loisir te procure du plaisir.

Si tu ne t’imposes pas des loisirs dans ton planning hebdomadaire (une à trois fois dans la semaine par exemple), tu donnes encore plus de place à ton job.

Imaginons qu’il est 18h. Ton client te passe un coup de fil pour te demander un service. Si tu n’as pas d’impératif et que tu es dans une dynamique professionnelle intensive, quelle est la probabilité pour que tu restes plus tard au travail ?

Fais alors la liste des loisirs qui te plaisent : lecture, écriture, marche, vélo, dessin, couture, bricolage…

Avoir des loisirs est aussi bénéfique pour oxygéner son cerveau, se reposer. Pendant les loisirs, le cerveau continue à être en « procrastination active », c’est-à-dire que c’est pendant ce temps qu’il trouve la solution  à un problème que l’on n’arrivait pas à résoudre quand on était concentré au bureau.

4/ Mieux gérer son temps de travail

Dans une journée de 8h de travail nous passons entre 1h30 à 3h à procrastiner parce que nous sommes sollicités de toute part (mails, téléphone, imprévus…). Il suffit parfois de mettre en place de petits ajustements dans la gestion de son temps de travail pour améliorer sa productivité et ainsi avoir plus de temps pour sa vie personnelle.

Si ton job te permet de gérer ton temps de travail et tes horaires, voici quelques questions à te poser qui vont t’aider à retrouver un bon équilibre de vie :

  • À quel moment de la journée je suis la plus productive ?
  • Quelles sont les tâches les plus urgentes à faire ?
  • Quelles sont les tâches que je peux traiter immédiatement et qui me prendront moins de 5 minutes ?
  • Quelles tâches peuvent être reportées ?
  • Dans quel environnement de travail suis-je le plus efficace ? Dans un bureau seule et au calme ? En télétravail ? Au milieu d’autres collègues ?
  • Qu’est-ce qui vient parasiter ma journée de travail ? Si par exemple tes collègues de travail viennent te déranger pour des broutilles, ferme la porte de ton bureau.

Enfin, mieux gérer son temps de travail va de pair avec l’affirmation de soi. Dans la mesure du possible, il faut savoir dire non pour ne pas augmenter sa charge de travail.

En conclusion

Trouver le bon équilibre entre sa vie personnelle et sa vie professionnelle demande de s’y intéresser de près. Que mets-tu derrière ? De quoi as-tu besoin pour avoir un bon équilibre de vie ? Bien gérer son temps de travail, s’imposer des loisirs et évaluer son équilibre régulièrement, voilà ce dont tu as besoin pour améliorer ton équilibre de vie !

Et si tu allais plus loin dès maintenant ? Inscris-toi à ma newsletter et reçois chaque mardi matin mon dernier article avec un exercice d’auto-coaching pour t’aider à te mettre en mouvement et une problématique décortiquée qui s’inspire de ma propre expérience de la reconversion ou de celle d’une autre femme : hop, je m’inscris !

Facebook Comments