Temps de lecture: 6 minutes

Tu as envie de manger asiatique ? Tu commandes en un clic ton menu préféré sur Deliveroo ou Uber Eat. Trente minutes plus tard, tu es livrée.

Pour remonter ton moral, il te faut une bonne comédie ? Fini l’époque où tu devais aller au vidéo club. Il suffit de te connecter sur une plateforme de streaming en ligne et hop, tu as un choix de films à foison.

Tu viens de casser le talon de tes chaussures préférées ? Tu te connectes sur la boutique en ligne de ta marque de chaussures et te voilà avec une paire de chaussures flambant neuve en moins de 72 heures.

J’aurais pu parler des sites de rencontres en ligne, mais bon je préfère m’abstenir..!

Ces exemples nous montrent que nous vivons une époque de l’instantané. Notre capacité à être patient est mise à mal. Beaucoup de choses de notre quotidien peuvent être satisfaites en moins de deux. Ce qui nous rend de moins en moins patients.

Cependant, quelques domaines y échappent. C’est le cas de la reconversion professionnelle. Lorsque nous en avons marre de notre job et que nous avons envie de prendre un nouveau virage dans notre carrière, il faut s’armer de patience.

Et c’est là toute la difficulté ! On aimerait que le switch professionnel se fasse d’un claquement de doigts. On veut vite passer d’un emploi qui ne nous épanouit pas à un autre qui nous donne l’envie de nous lever le matin.

Dans le cadre de mon travail, cette difficulté à être patient, je la constate au quotidien. Quoi de plus normal que de vite vouloir quitter un job qui ne nous rend plus heureux me diras-tu.

C’est vrai. Mais l’impatience a aussi un côté néfaste. En effet, parce qu’être patient est douloureux, tu risques de bâcler ta reconversion. Et une reconversion bâclée, c’est une reconversion échouée.

Alors, comment faire pour ne pas tomber dans le piège de l’impatience ?

Voyons ça tout de suite J

La durée d’une reconversion professionnelle dépend de la maturation de ta réflexion

As-tu une ou plusieurs idées précises de métiers dans lesquels tu aimerais te reconvertir ? Est-ce que tu es paralysée par la peur de redevenir débutante ou de voir ton revenu baisser ?

Le processus de reconversion se fait en cinq temps

Tout d’abord, il s’agit de faire le point sur tes motivations à changer et d’identifier ce qui ne te convient plus dans ton job actuel.

Puis, il faut faire un travail introspectif pour faire émerger tes valeurs et besoins essentiels, définir ton tempérament, ton mode de fonctionnement dominant et tes ressources. S’ajoute à cela un travail sur les blocages psychologiques que tu rencontres sur ton chemin comme tes peurs, tes croyances limitantes, ta confiance en toi.

Ensuite, il faut explorer tes potentiels et les faire ressortir, faire le point sur tes compétences (connaissances, savoirs faire et savoirs être) et tes intérêts pour faire émerger des idées de reconversion.

Enfin, il faut explorer ses idées pour s’assurer qu’elles soient compatibles avec sa personnalité et ses limites. Les confronter avec la réalité du marché et les transformer en projets motivants, concrets et réalisables. Le plan d’action des étapes à réaliser est la dernière phase.

Vu dans son ensemble, un processus de reconversion est long, n’est-ce pas ?

Alors, si tu ne sais pas par où commencer, que tu ressens le besoin de faire le point sur toi, de travailler tes blocages ou encore de trouver des idées, alors la reconversion peut être en effet longue !

J’ai réalisé ce travail toute seule et il m’a pris environ 7 mois. Mais je te rassure, on peut faire ce travail plus rapidement en se faisant accompagner par un professionnel de la reconversion. N’hésite pas à consulter mon programme d’accompagnement individuel et sur-mesure si tu en ressens l’utilité !

À l’inverse, si tu es au clair avec le métier que tu veux faire, alors ta reconversion peut aller plus vite. J’insiste sur le « peut » aller plus vite, parce que d’autres paramètres influent sur la durée.

Un changement radical va allonger la durée de la reconversion

Envisages-tu un switch à 360°C ? Plus le switch va être radical, plus la durée de la reconversion va être longue. Prenons des exemples pour illustrer.

Si tu étais juriste en droit du travail au sein d’une entreprise et que tu envisages de te reconvertir dans le développement RH, tu restes dans un domaine d’activité proche du tien. En effet, les mondes RH et de l’entreprise te sont familiers.

Tu peux compléter ton bagage juridique par un master en RH, une formation plus courte certifiante ou même être formée directement en interne sur les problématiques de développement RH. Le switch peut donc mettre quelques mois.

En revanche, si tu es opticienne et que tu envisages de devenir psychologique du travail, le changement est radical. Les domaines d’activités sont différents. Tu dois acquérir de nouvelles connaissances et compétences.

Pour être psychologue du travail, il va falloir reprendre des études longues et repartir sur les bancs de la fac pour 5 années. Des organismes comme le CNAM proposent de réaliser le cursus à distance. La durée pour obtenir le diplôme de psychologue du travail est plus longue.

Salariat ou entrepreneuriat ?

Une fois que tu as choisi le métier dans lequel te reconvertir, quel statut vas-tu choisir ? Veux-tu monter ta boîte ? Te lancer en freelance ? Rester dans le salariat ?

Le choix du statut va influencer la durée de ta reconversion. Dans l’hypothèse où tu choisirais de te lancer dans l’entrepreneuriat, le lancement de ton business prendra du temps. Il faut faire une étude, se former, se faire connaitre, développer son réseau. Sans compter que l’entrepreneuriat implique quelques sacrifices financiers les premiers temps.

Si tu veux rester dans le salariat, les obstacles principaux que tu peux rencontrer sont la concurrence, le marché de l’emploi dans ta région, les débouchés et les évolutions. Plus le changement de métier sera radical, plus tu auras une posture de débutant.

Est-ce qu’en étant débutant, tu dois revoir tes exigences salariales à la baisse ?

Pas nécessairement. Cela dépend de l’offre et de la demande sur le marché de l’emploi et de ta mobilité. Par exemple, les entreprises manquent d’effectifs sur les postes de développeur web ou sur les métiers de la data. Les employeurs n’hésitent donc pas à proposer un salaire attractif aux débutants ! La recherche d’emploi sera simple et rapide.

Aussi, si tu es prête à déménager dans une région qui manque de professionnels dans le domaine d’activité dans lequel tu veux te reconvertir, tu as plus de chances de décrocher un poste avec un salaire intéressant.

Enfin, pour augmenter tes chances de trouver un poste dans ton nouveau métier, tu dois repenser ta manière de candidater.

Comme l’indique l’auteur Dawn Graham du livre Switchers, postuler à une offre d’emploi sur internet en envoyant son CV de façon classique est une mauvaise idée. En effet, si tu es sur un métier en tension, tu as peu de chances d’obtenir un entretien d’embauche en comparaison à d’autres candidats qui auront de l’expérience.

Toutefois, je te rassure, tu peux quand même décrocher un poste ! Pour arriver à tes fins, tu dois travailler ton réseau. Mets-toi en contact avec des professionnels qui gravitent autour de ton futur métier, fais savoir à ton réseau que tu te reconvertis. C’est la fameuse technique du « je connais quelqu’un qui connait quelqu’un » !

La vie personnelle et familiale impacte la durée de ta reconversion

Changer de métier impacte également ta famille. Il faut repenser l’organisation si ton changement de job implique de nouveaux horaires de travail. Ou encore faire quelques ajustements financiers le temps de tes études, si nécessaire.

Peut-être as-tu aussi d’autres projets en priorité ? Un achat immobilier, un déménagement, un voyage ou un projet bébé. Tu peux mettre en stand-by ton projet de reconversion le temps qu’il faut. Le tout est de ne pas perturber ou mettre en danger ton écosystème familial et personnel !

Enfin, en fonction du stade où tu es (Ai-je des idées ? Ai-je besoin d’aide ?) et du swicth que tu feras (changement radical ou non ?), la reconversion demande de l’énergie et du temps. Si ta santé est fragile, ta priorité est d’abord de retrouver une meilleure forme avant de penser reconversion !

En conclusion

Il est difficile de dire avec certitude combien de temps dure une reconversion. Trop de paramètres personnels et externes entrent en jeu pour pouvoir donner une durée cohérente. Quoi qu’il en soit, se reconvertir est un processus qui demande d’être patient et qui ne se fait pas en deux petits mois.

Et si tu allais plus loin dès maintenant ? Inscris-toi à ma newsletter et reçois chaque mardi matin mon dernier article avec un exercice d’auto-coaching pour t’aider à te mettre en mouvement et une problématique décortiquée qui s’inspire de ma propre expérience de la reconversion ou de celle d’une autre femme : hop, je m’inscris !

Facebook Comments