Temps de lecture: 6 minutes

Lorsque l’on cherche dans quoi se reconvertir, le doute est une étape incontournable. J’y suis passée. Tu y passeras.

L’inquiétude de se tromper de voie revient en pleine figure – comme un boomerang – lorsque tu te positionnes sur une idée de métier.

Tu as investigué, réfléchi. C’est décidé, ton choix porte sur CE métier. C’est le moment alors d’affiner et de transformer ton idée en un projet concret. Pousser tes investigations sur le métier, prendre des renseignements sur les formations. Bref, passer à l’action.

Soudain, juste avant ce passage à l’action, tu es submergée par une vague de doutes. Et si je me trompais ? Il existe peut-être un autre métier que je ne connais pas et qui pourrait encore plus me plaire ?!

Cette éventualité prend de l’ampleur au point où tu cogites sur le sens de ta reconversion. Ton esprit s’embrouille et l’angoisse monte.

Rassure-toi. Tout est normal ! Faire un choix de métier est une décision qui va impacter ton quotidien. Il est donc tout à fait logique de douter au moment de passer à l’action.

Cependant, le doute ne doit pas te paralyser et t’empêcher de te mettre en mouvement. J’entends de là tes remarques fondées « C’est très bien tout ça, mais comment faire pour savoir si je fais le bon choix pour moi et que je ne passe pas à côté d’un autre métier qui me correspondrait mieux ? ».

Voici 5 techniques pour gérer cette peur.

1/ Vérifier que ses idées de métiers soient en accord avec soi-même

Qu’est-ce qui ferait que tu te tromperais de métier ? Une mauvaise connaissance de toi-même. Plus tu auras fait un travail en amont pour apprendre à bien te connaitre, plus tu feras des choix qui seront cohérents par rapport à ta personnalité.

L’une des causes du mal-être au travail vient du fait que le travail de connaissance de soi a été bâclé. Et pour mettre toutes les chances de ton côté tu dois t’assurer que le métier que tu choisis est aligné avec qui tu es.

Choisir un métier, c’est penser aux missions à exercer, mais aussi à l’environnement de travail qui entoure ce métier. Est-ce qu’en choisissant de devenir diététicienne mes besoins essentiels de sécurité financière et d’équilibre de vie pro/vie perso seront satisfaits ? Si ce n’est pas le cas, y’a-t-il des solutions comme rejoindre un centre en tant que salarié au lieu d’ouvrir un cabinet en indépendant ?

Est-ce que le métier de diététicienne et son environnement de travail s’adaptent à mon tempérament discret et introverti qui fait que je suis plus à l’aise pour travailler au calme et seule ?

Ou encore est-ce que j’agis en accord avec mes valeurs fondamentales en exerçant ce métier ? Imaginons que la santé est une valeur forte chez toi. En conseillant les gens sur leur manière de s’alimenter, sur leur rapport à la nourriture en lien avec leur métabolisme et leurs éventuels problèmes de santé, tu feras un métier qui est en accord avec ta valeur.

2/ Profiter de chaque occasion pour parler de sa reconversion

J’entends trop souvent des femmes qui refusent de parler de leur envie de se reconvertir tant qu’elles n’auront pas une idée claire et précise de leurs projets et tant qu’elles ne seront pas sûres de leurs choix.

Malheureusement, tu ne pourras pas avoir la garantie à 100% que ton choix sera le bon pour le restant de ta vie ! La vie est faite d’aléas. Tes envies évolueront tout comme tes besoins.

Tu ne dois pas rester dans ton coin  et garder ce désir de changer de métier pour toi. Au contraire, il faut en parler à chaque occasion ! Au repas de famille, à ce déjeuner entre anciens collègues de boulot, à la sortie des classes, chez le dentiste ou encore avec le dernier contact LinkedIn que tu viens d’ajouter.

Toutes les occasions sont bonnes pour en parler, que tes idées soient floues ou précises.

En échangeant avec le maximum de personnes, tu peux tomber sur une personne qui connait quelqu’un qui connait quelqu’un qui exerce le métier qui t’intéresse.

Aussi, en partageant les domaines qui t’intéressent ou les choses pour lesquelles tu es douée, ton interlocuteur peut te mener vers une piste d’orientation que tu n’imaginais peut-être pas avant votre rencontre. Tu peux découvrir un métier ou encore une autre manière d’exercer ce métier.

3/ Assister à des événements, des conférences et des salons professionnels

Tu es intéressée par les métiers du digital et tu as envie d’en savoir plus sur ce que tu pourrais faire dans ce domaine d’activité ? Pourquoi ne pas recenser les événements autour du digital près de chez toi ? Te rendre à un afterwork, à un atelier découverte ou encore à une conférence sur cette thématique.

En participant à ce type d’événement, tu pourras découvrir des métiers que tu ne soupçonnais pas, repartir avec des informations précises : une idée plus pointue des métiers du digital, la tendance du marché de l’emploi dans ce secteur, les qualités et les compétences à avoir. Tu pourras également te renseigner sur les formations qui mènent à ces professions.

Aussi, en participant à des salons professionnels du type Salon Profession’L ou L se réalisent, tu pourras assister à des conférences, faire la connaissance de professionnels de l’accompagnement qui pourront te guider. Tu pourras également trouver de l’inspiration en écoutant des speakers parler de leur propre reconversion.

4/ Tu n’es pas liée à vie par le métier que tu auras choisi

Changer de métier c’est bien sûr une décision importante à ne pas prendre à la légère. Mais, attention à ne pas tomber dans la démesure ! Ce n’est pas parce que tu vas te positionner sur un choix de métier que tu ne pourras plus jamais revenir sur ton choix.

Il est impossible d’avoir la garantie que tu seras épanouie les dix ou vingt prochaines années dans ce nouveau job.

De plus, si tu as un profil multipotentiel, faire le même métier toute ta vie ne colle pas avec ton tempérament.

Tu dois donc éviter de penser au futur lointain. Tu ne peux pas savoir de quoi demain sera fait. L’important est de te concentrer sur l’instant présent et te demander : est-ce qu’aujourd’hui ce métier me plaît ? Est-ce qu’aujourd’hui c’est dans cet environnement que j’ai envie d’évoluer ?

Si la réponse est oui, alors fonce !

De plus, il est tout à fait possible de faire des ajustements, de bifurquer, de revoir ta trajectoire en cours de route. Peut-être qu’en explorant le métier de chargé de recrutement tu réaliseras que finalement tu préfères diriger tes recherches vers un poste généraliste RH ou finalement rejoindre un service de formation.

Tout est possible, rien n’est figé.

 

5/ Écouter son intuition

 

Dans le film « L’homme irrationnel » de Woody Allen, Abe Lucas explique à son étudiante que l’on ne peut pas toujours se fier à des éléments objectifs ou à ce qui est écrit dans les manuels. Il faut aussi savoir écouter et suivre son intuition.

Je suis d’accord avec lui. L’intuition se ressent avant tout. Je crois qu’elle s’exprime de manière différente en chacun d’entre nous. Cela peut être une sensation corporelle, un ressenti, une émotion, une attraction ou une conviction inexplicable.

Quand j’ai réalisé un bilan de compétences, mon projet était de me reconvertir dans le métier de responsable RH. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais au fond de moi je ressentais que je me trompais de voie. J’ai écouté cette intuition.

Puis, j’ai repris depuis le début un travail introspectif. C’est là que j’ai pris conscience que je voulais partir sur les métiers de l’accompagnement.

Quand je me suis décidée pour faire de l’accompagnement à la reconversion professionnelle en tant qu’entrepreneur, là aussi je ressentais que c’était le bon choix pour moi. Ne passe donc pas à côté de ton intuition !

En conclusion

Choisir un métier, c’est renoncer à d’autres opportunités. Mais le renoncement n’est pas figé dans le temps. Tu peux faire marche arrière, changer de trajectoire.

Tu ne pourras jamais connaitre tous les métiers du monde, c’est impossible. D’ailleurs, la plupart des métiers de demain n’existent pas encore aujourd’hui. Ça n’a donc aucun sens de fonctionner de cette manière.

Et si tu allais plus loin dès maintenant ? Inscris-toi à ma newsletter et reçois chaque mardi matin mon dernier article avec un exercice d’auto-coaching pour t’aider à te mettre en mouvement et une problématique décortiquée qui s’inspire de ma propre expérience de la reconversion ou de celle d’une autre femme : hop, je m’inscris !

Facebook Comments