Temps de lecture: 4 minutes

(La photo de couverture est une image libre de droit. Ce n’est pas Adeline J )

Assistante prévention au sein d’une entreprise de transport depuis plus d’un an, Adeline a vite pris conscience que cet emploi ne lui correspondait pas.

Comme beaucoup d’autres femmes, Adeline a cherché par elle-même un autre domaine d’activité qui lui correspondrait et qu’elle aimerait. Mais, elle n’y arrivait pas.

Par où commencer ? Qui suis-je vraiment ? Qu’est-ce que je veux ? Suis-je capable de faire autre chose ? Qu’est-ce qui me plairait ? Autant de questions auxquelles elle ne trouvait pas de réponses.

Son envie de travailler dans le social était trop vague. Son idée avait besoin d’être affinée et éclaircie pour être transformée en un projet professionnel concret, réaliste et réalisable.

Retour sur 4 mois d’accompagnement.

1/ Un travail introspectif profond

Pour pouvoir trouver ce qu’elle voulait faire et définir un projet qui lui convient vraiment, Adeline devait faire un travail introspectif. Pour cela, nous avons commencé par les bases : connaitre ses valeurs et ses besoins.

Les valeurs et les besoins sont les piliers, les fondations de notre personnalité. Si Adeline n’était pas au clair avec ses valeurs, ce qui était important pour elle, comment celles-ci se traduisaient dans son quotidien, comment elles voulaient qu’elles se traduisent dans sa vie professionnelle ou encore sur ses besoins, il y avait une forte probabilité que son projet de reconversion capote.

C’est comme mettre la charrue avant les bœufs.

Ensuite, nous avons continué ce travail introspectif en dressant un portrait détaillé de la personnalité d’Adeline. Nous avons notamment déterminé quel est son mode de fonctionnement. C’est d’ailleurs comme cela qu’Adeline a pris conscience qu’elle avait une personnalité introvertie et de ce que son tempérament introverti impliquait dans sa vie personnelle et professionnelle  (trouver son équilibre de vie pour avoir une énergie suffisante, les conditions de travail idéales, ses forces, la façon dans son système nerveux traite l’information).

Puis, nous avons fait le point sur les ressources dont elle dispose à savoir ses qualités, ses connaissances, ce pourquoi elle est douée et ce qu’elle aime faire.

Il a fallu travailler sur ses limites. Adeline ne les connaissait pas. Aussi, elle n’en avait jamais fixées parce qu’elle manquait de confiance en elle. Elle manquait d’affirmation et avait du mal à dire non.

Enfin, tout le long de ce travail, Adeline a défini la vie idéale qu’elle voulait avoir, de manière à ce que son futur projet professionnel s’adapte à son projet de vie.

Tout ce travail lui a permis de savoir qui elle était et de se donner un objectif de vie suffisamment motivant pour se mettre en mouvement.

2/ Booster sa confiance en soi

En manquant de confiance en elle, Adeline réduisait le champ des possibles en matière de choix de reconversion. Si l’on pense que l’on est incapable d’y arriver, on va automatiquement réduire ses perspectives et les possibilités de reconversion.

Pour qu’Adeline reprenne confiance en elle, je l’ai fait sortir de sa zone de confort. Elle a joué le jeu et a relevé des défis, des actions qui n’ont pas toujours été confortables et simples. Mais c’est dans l’action qu’elle a pu booster sa confiance.

Aussi, Adeline a identifié les croyances qui la limitaient dans la réflexion de son projet et dans sa vie en général. Il a fallu adopter de nouvelles manières de penser, de nouvelles habitudes pour que son cerveau mette en place de nouveaux mécanismes.

Grâce à des outils issus de la PNL, du coaching et des neurosciences et de la motivation d’Adeline, elle a réussi à booster sa confiance et son estime personnelle !

3/ Trouver quoi faire comme métier

Si nous n’avions pas effectué tout ce travail d’introspection et de confiance, Adeline n’aurait certainement pas trouvé ce qu’elle voulait faire. Trouver ce que l’on veut faire de manière isolée ne fonctionnera pas si l’on n’adapte pas ses recherches à sa personnalité, à ce qui est important pour nous.

Pour y arriver, Adeline a fait le point sur tous ses centres d’intérêt. Nous les avons fait s’entrecroiser avec sa personnalité, ses valeurs, ses besoins, etc… pour finalement créer sa propre recette du job idéal.

Toujours en adoptant les outils les plus appropriés, Adeline a, au fil des séances, défini ce qu’elle voulait faire. De « travailler dans le social », elle est passée à « nutritionniste ». Je détaille l’un des processus dans mon article « 3 conseils simples pour transformer son idée en un projet de reconversion concret. «

4/ La mise en action du projet

La dernière étape est la plus simple. Elle se rapporte au « quand ». Adeline a identifié une formation de nutritionniste à distance. Une fois qu’elle avait identifié ses besoins, qu’elle savait quel équilibre il lui fallait, elle a rapidement pris conscience qu’elle ne pouvait pas faire cette formation en parallèle de son emploi salarié à temps plein.

Nous avons alors préparé sa demande pour passer d’un temps plein à un 80% et son entretien avec sa responsable.

Aujourd’hui, Adeline a enfin trouvé un projet professionnel motivant et qui lui correspond. Elle a regagné confiance en elle. Elle a démarré sa formation et envisage d’exercer sa future activité en entrepreneure !

Ce fut un réel plaisir d’accompagner Adeline à trouver son projet !

Facebook Comments