Temps de lecture: 6 minutes

Comme le dit si bien Maud Simon dans son ouvrage « Fais ce qu’il te plait ! », dès notre naissance, nous sommes influencés par notre entourage (parents, oncles, tantes, professeurs). Ils font des projections, ils ont des attentes et misent leurs espoirs sur nous.

Un père voudra que son fils reprenne le flambeau de son commerce que lui-même a repris de son père, une mère voudra que sa fille réalise le rêve qu’elle n’a pas pu réaliser en devenant médecin.

Pour d’autres, le travail n’est qu’un moyen d’avoir une vie financière stable. Les parents chercheront avant tout que leur enfant ait un poste de cadre en CDI.

Donner son avis est naturel. Dans tous nos échanges, nous communiquons en exprimant notre point de vue à partir de notre propre paire de lunettes.

Dans le jargon de la PNL, cette paire de lunettes s’appelle carte du monde. Chaque personne a une carte du monde qui est constituée de croyances, de généralisations, de distorsions, de valeurs. Dans nos échanges, nous cherchons perpétuellement à confirmer notre vision du monde.

Or, pour pouvoir bien se comprendre, il faut que l’on regarde le monde avec les lunettes de son interlocuteur.

Une partie de vos croyances est l’héritage de vos parents. Ils vous ont transmis leurs propres croyances. Par exemple : il faut faire des études supérieures si tu veux bien gagner ta vie.

Puis en grandissant, vous avez construit les vôtres. Peut-être même que vous avez décidé de remplacer certaines croyances héritées de vos parents par d’autres croyances qui sont motivantes et qui correspondent à qui vous êtes.

Une fois adulte, vous pensez que vous vous êtes affranchi de l’influence de votre entourage. Vous êtes maintenant autonome. Un adulte. Vous ne dépendez plus de papa maman. Vous êtes libre de vos choix et vous remarquez quand quelqu’un de votre entourage est en train de vous influencer.

Enfin, ça c’est ce que l’on se perçoit !

Et toi, t’en penses quoi de son projet de reconversion ?

Le jour où vous êtes sur le point de prendre une décision importante impliquant un changement comme celle de vous reconvertir professionnellement, l’influence de votre entourage revient en force.

Ils ont tous leur mot à dire concernant votre projet.

Les parents, le conjoint et les amis vont avoir une influence plus importante que vos collègues de travail. En effet, ce sont des personnes qui comptent beaucoup pour vous. Ils vous sont chers, vous avez besoin de leur amour et de leur soutien.

Quand vous envisagez sérieusement de switcher d’emploi, vous allez inévitablement passer par l’étape de communication. Il va falloir exposer votre désir à vos proches.

D’abord, parce que votre projet peut avoir un impact sur votre entourage. C’est le cas par exemple si vous avez des enfants ou si vous avez pour projet d’acheter un bien immobilier avec votre conjoint.

Puis, parce que vous cherchez du soutien et peut-être leur aval. Vous espérez qu’ils vous comprennent et qu’ils vous encouragent dans votre démarche.

Sauf que bien souvent, vous savez que ça ne va pas se passer comme cela.

Vous savez que vos parents ne vont pas accueillir votre nouvelle à bras ouverts ou en ouvrant une bouteille de champ’.

Vous voyez déjà la déception dans le soupir de votre père ou la peur dans le regard de votre mère.

De quoi réduire à néant votre énergie et votre motivation. Vous rentrez chez vous rempli de doutes et voilà que vous mettez en cause votre décision.

Ou peut-être que vous serez poussé à quitter votre emploi mais pour faire quelque chose qui ne correspond pas à ce que vous voulez vraiment.

Quoi qu’il en en soit, rassurez-vous, vous pouvez survivre à cette étape sans vous faire influencer !

Pour cela, j’ai listé les trois scénarios catastrophes que vous êtes susceptible de rencontrer au moment où vous communiquerez votre projet à votre entourage.

Dans chacun des scénarios, les clés pour éviter de vous faire influencer et d’abandonner votre projet sont :

– Avoir en tête ces trois scénarios;

– Comprendre que derrière chaque scénario, ce sont les craintes et les croyances de vos proches qui sont exprimées de manière inconsciente et non pas les vôtres;

– Être préparé pour ne pas vous faire influencer.

1. Le scénario n° 1 : Votre entourage vous fait culpabiliser

Les exemples de phrases types :

 . Tu ne te rends pas compte, tu as un CDI, un statut de cadre avec une voiture de fonction et un très bon salaire. Il y en a plus d’un qui rêverait d’être à ta place !

· Tu veux te reconvertir pour devenir pâtissier alors qu’on a financé tes cinq années en école de commerce. Si on avait su…

· Tu te comportes comme un enfant capricieux. Des mauvaises passes, ça arrive à tout le monde. Il faut savoir être un homme et ne pas prendre la fuite dès la première difficulté rencontrée. Si tu crois que je vais assumer toute seule les factures et le crédit, tu te trompes !

Dans ce scénario, il y a plusieurs croyances qui peuvent se cacher. La croyance que le travail est incompatible avec la notion de plaisir. Dans cette hypothèse, le travail est vu comme un simple moyen de vivre.

L’autre possibilité est que seules les valeurs de sécurité financière et de sécurité d’emploi sont importantes aux yeux de votre interlocuteur. Les autres qui vous animent comme la liberté, l’autonomie ou la découverte ne sont que secondaires et ne justifient pas de quitter son emploi.

Comment éviter de culpabiliser ?

Vous devez vous préparer à ce scénario en ayant conscience que ces remarques ne sont que l’expression des croyances de votre interlocuteur. N’oubliez pas qu’il vous répond à travers ses lunettes.

De plus, vous devez être au clair avec vos valeurs et vos croyances. Est-ce que pour vous les notions de travail et de plaisir sont compatibles ? Qu’est-ce qui est important pour vous et que vous n’avez pas dans votre job actuel ? La liberté, l’autonomie, l’indépendance ? La créativité ? Que voulez-vous retrouver dans votre prochain emploi ?

3. Le scénario n° 3 : Votre entourage vous pousse à sauter dans le vide sans parachute

Les exemples de phrase type :

· Fonce, tu n’as qu’une vie ! Va faire le tour du monde et tu réfléchiras à ce que tu pourras faire une fois que tu seras rentré.

· N’attends pas le burn-out et pose ta démission ! On sera là pour te soutenir et t’aider financièrement. Tu peux compter sur nous.

· Moi aussi j’ai envie de changement. D’ailleurs, j’ai une super idée de projet. Je suis certain que ça va faire un carton. Et si tu t’associais avec moi sur ce projet ?

On ne s’attend pas souvent à être confronté à ce type de scénario. Toutefois, vous pouvez être surpris. L’ami que vous n’avez pas vu depuis longtemps et qui vous pousse à le suivre dans son projet entrepreneurial n’est peut-être pas si loin. Il peut user d’arguments très convaincants.

De même pour la tante qui regrette de ne pas avoir pu faire le tour du monde qu’elle aurait voulu durant sa jeunesse.

Comment faire pour garder la tête froide ?

Vous devez bien connaitre vos rêves, vos aspirations, vos désirs. Vos rêves ne sont pas les mêmes que votre entourage. Vous n’avez peut-être pas envie de faire le tour du monde même si c’est très à la mode en ce moment.

Également, faites attention à ne pas agir à chaud et à poser votre démission sur un coup de tête ( je vous renvoie à ce sujet à l’article Comment savoir si j’ai vraiment envie de changer de job). On vous a promis du soutien financier et moral, mais soyez vigilant. Les promesses s’envolent vite.

Ne vous précipitez pas dans un projet sans avoir pris le temps de bien réfléchir à ce que vous voulez vraiment.

C’est tentant de tomber sur quelqu’un d’enthousiaste et qui vous donne l’opportunité de rejoindre son projet. Mais, l’important est de prendre le temps d’apprendre à vous connaitre, à trouver votre voie, à rêver et dessiner votre projet de vie personnel et professionnel idéal.

En conclusion

Le moment où l’on communique sur son désir et son projet de reconversion est délicat. En un instant, votre entourage peut vous influencer dans votre choix et remettre en cause votre projet.

C’est pourquoi il est primordial de faire le point sur soi, ses valeurs, ses besoins, ses aspirations, ses talents.

De cette manière, vous serez prêt à écouter votre entourage, à argumenter votre décision et à faire la part des choses entre vos lunettes et celles de votre entourage.

Facebook Comments